S.20. Érable noir

Érable noir

L’érable noir (Acer nigrum Michx. F. ) une espèce rare au Québec, qui peut atteindre 20 à 25 mètres de hauteur, 85 centimètres de diamètres et peut vivre 200 ans. Cette espèce d’érable est très répandue aux États-Unis. Plus au nord, sa distribution s’arrête à la hauteur de la région montréalaise, où on peut l’observer sur l’île de Montréal et l’île Jésus. L’érable noir est une espèce très proche de celle de l’érable à sucre. En effet, l’érable noir peut s’associer à l’érable à sucre pour se reproduire. Cela crée des individus intermédiaires, qui possèdent des caractéristiques de l’érable noir et de l’érable à sucre. Les feuilles de l’érable noir sont simple, trilobées, à échancrures arrondies, sans dents, plus ou moins pendantes, longues de 3 à 5 po, généralement épaissies; dessus vert foncé mat, pétiole jaune vert, presque toujours pubescent.   vert foncé sur le dessus et mesurent de 15 à 25 cm de longueur (pétiole inclus) Le revers des feuilles et le pétiole sont couverts de petits poils, ce qui leur donne une couleur vert jaunâtre. L’érable à sucre se distingue par ses feuilles formées généralement de 5 lobes profonds, glabres en dessous et vert jaunâtre au-dessus, à dents évidentes. Elles deviennent rouge vif à l’automne, contrairement aux feuilles de l’érable noir, qui prennent une teinte jaune brunâtre.

L’érable noir préfère l’ombre et nécessite un milieu moyennement humide, souvent sur substrat calcaire. L’érable noir, demande une humidité supérieure à celle de l’érable à sucre. On trouve la trouve de manière sporadique au Québec  dans les régions de l’Outaouais, des Laurentides, de Lanaudière, de Montréal, de Laval, et de la Montérégie sur des sols fertiles et humides, mais elle préfère les plaines où les inondations ont permis de fournir au sol une bonne quantité d’éléments nutritifs et une bonne humidité.

Son écorce est lisse quand l’érable noir est jeune, mais devient presque noire, crevassée et écailleuse chez les vieux fûts.

Le bourgeon terminal est pointu, brun grisâtre, pubescent, peut mesurer 3 ½ centimètres. Les bourgeons latéraux lui sont semblables

L’ érable noir fleurit avant d’avoir ses feuilles en avril et mai. Les fleurs et les fruits des deux espèces sont presque identiques.

Les disamares sont brune à ailes terminales d’environ 2 centimètres et demi.

 

Espèce vulnérable au québec | Érable noir

problématique de conservation

Environ 70 populations d’érable noir ont été vues  au Québec récemment. Cependant, la grande majorité est de qualité passable ou faible. L’effectif total de l’espèce est estimé présentement à plus de 8000 individus. Environ 15 % des occurrences existantes sont menacées à court terme par les activités humaines. La principale menace vient de l’expansion urbaine, particulièrement dans la grande région de Montréal, où se trouvent près de la moitié des populations . Bien que plusieurs populations d’érable noir recensées dans des aires protégées,dont plusieurs parcs de la communauté métropolitaine de Montréal, ces endroits sont fortement fréquentés par les gens de sorte que  les sous-bois en sont très perturbés.

Dans les autres régions où l’on trouve l’érable noir, ce sont plutôt la construction de routes et les coupes forestières qui menacent les occurrences. Par ailleurs, l’érable noir s’hybride couramment avec l’érable à sucre, ce qui menace potentiellement l’intégrité génétique des populations, particulièrement celles de faible effectif.

Depuis janvier 2012, l’érable noir bénéficie, à titre d’espèce vulnérable, d’une protection juridique au Québec. De plus, l’espèce est protégée indirectement en région rurale par la Loi sur la protection des terres agricoles (érablières exploitables).

Cependant, cette loi ne garantit pas le maintien de l’espèce ou de la qualité de l’habitat. Aux États-Unis, sa situation est considérée comme précaire dans 6 des 27 États et districts fédéraux où elle est répertoriée.