S.34. Pin sylvestre

34-pin_sylvestre-arbre2-a3Le pin sylvestre (Pinus sylvestris L.) naturellement présent dans une grande partie de l’Europe tempérée et boréale a été importé en Amérique du Nord par les premiers colons.  L’espèce tolère les sols très pauvres, mais les sols calcaires sont à éviter, car les pins souffrent de la chlorose des aiguilles. Une carence en bore cause des malformations de la tige. Demande un bon drainage et tolère bien l’hydromorphie,mais la croissance ne sera pas optimale. La ramure, d’un vert-gris et clairsemée est pyramidale, puis arrondie, mais s’aplatit chez les exemplaires isolés

En raison de sa croissance rapide, le pin sylvestre pendant un certain temps a été employé pour le reboisement. On le cultive aussi comme arbre d’ornement. Cet arbre élancé au tronc nu peut atteindre 30 mètres de hauteur et peut vivre 150 à 200 ans.

Au Québec, Le pin sylvestre a un port souvent irrégulier. On en trouve de forme croche et tordu tandis qu’en Europe, c’est tout le contraire, là-bas , ils sont habituellement rectilignes et élancés. On soupçonne les premiers colons d’être à l’origine de ces importantes différences. Il se peut qu’ils aient apporté des graines de mauvaise qualité.

L’écorce de cette espèce se veut particulièrement attrayante, grise chez les jeunes sujets, se colore progressivement avec l’âge en brun orangé. Tandis que l’écorce de son houppier s’affine et se détache en minces plaques, celle de la partie basse du tronc laisse apparaître de profonds sillons.

Ses aiguilles groupées deux par deux et vrillées, mesurent 4 à 8 cm de longueur. De couleur gris vert ou gris bleuté, elles sont souples, pointues, mais non piquantes. Le pin  sylvestre conservent ses aiguilles trois ans et plus

 Dès le mois d’avril, ses chatons femelles, rougeâtres, sont situés à l’extrémité des rameaux de l’année, tandis que ses chatons mâles, jaune pâle, sont groupés en masses compactes à leur base.

Ses fruits, des cônes, ont une forme ovoïde et se présentent toujours orientés vers le bas. De petites dimensions de 4 à 8 cm de longueur et de 2 à 4 cm de largeur, les cônes sont  bruns ou noirâtres.

C’est à l’automne qui suit l’inflorescence que ces cônes mûrissent pour libérer, l’hiver venu, les graines munies d’une aile transparente.

Largement utilisé pour le reboisement, on l’emploie aussi pour la construction de maisons en bois et pour la fabrication de la pâte à papier. On en tire aussi de l’essence de térébenthine.

Le pin sylvestre est très apprécié dans l’art du bonsaï pour la taille de ses aiguilles ainsi que pour les mouvements du tronc que l’on trouve dans la nature. Il a la particularité d’être résistant aux nombreuses tailles.

Arboretum Gabriélis, O.B.

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s