S.36. Épinette d’Engelmann

A

Épinette d’engelmann de l’Arboretum Gabriélis fév. 2012 O.B.

L’épinette d’Engelmann (Picea engelmannii) originaire de l’Amérique du Nord, des États-Unis et dans une moindre mesure du Mexique cet en particulier des montagnes Rocheuses au sud de l’Alberta et de la Colombie Canadienne. C’est principalement un arbre des hautes montagnes entre 1000 à 3000 m ou dans des aires qui offrent sensiblement les mêmes conditions climatiques. L’épinette d’Engelmann résiste bien au gel. Appréciant bien l’humidité, elle pousse surtout le long des ruisseaux et des rivières. Elle supporte mal les longues périodes de sécheresse chaudes. Le sol propice à cette espèce est calcaire ou sableux limoneux. L’épinette d’Engelmann est un arbre de grandes dimensions, il peut atteindre entre 35 à 45 m de haut pour un tronc d’un diamètre maximum d’un mètre cinquante alors que certains sujets atteignent exceptionnellement 65 m de haut. La longévité de cette espèce d’épinette est de 300 ans. On le trouve parfois en peuplement pur, mais plus souvent mélangé avec le sapin subalpin, la pruche de l’Ouest, le mélèze de l’Ouest, le pin tordu latifolié, les bouleaux de l’Ouest et le peuplier faux-tremble. Comme l’épinette rouge, l’Épinette d’Engelmann peut se croiser avec d’autres espèces d’épinettes lorsque leurs semences se croisent sur un même territoire.

L’écorce extérieure, mince à grandes plaques écailleuses, lâches et arrondies est brun rouge et forme des écailles tandis que l’écorce interne est blanc argenté et résineuse.

Les bourgeons coniques sont non résineux. Le feuillage odoriférant de l’épinette d’Engelmann est très dense. Les aiguilles vert bleuâtre, souvent recouvertes d’une efflorescence blanchâtre ou argentée sont longues de 18 à 30 mm, rigides et pointues. Elles sont persistantes, isolées, quadrangulaires et légèrement courbées. Les aiguilles supérieures des rameaux horizontaux souvent sont rabattues vers l’extrémité du rameau. Elles poussent tout autour du rameau et dégagent une odeur attrayante quand on les froisse.

 Les cônes (mûrs), cylindriques, légèrement ovoïdes et brillants, mesurent de 6 à 10 cm et deviennent brun jaunâtre et ont des écailles ondulées et denticulées fines et souples. Ces cônes d’un brun clair à maturité s’ouvrent à l’automne, tombent en hiver ou au printemps suivant, conservant souvent quelques graines.

 Ces graines d’un brun foncé mesurent 3 à 4 mm et ont une aile de 5 à 8 mm

 Cette importante essence forestière de l’intérieur de la Colombie Canadienne est utilisée pour la production de pâte à papier et de bois d’oeuvre.

Un des grands ennemis de l’épinette d’Engelmann et de plusieurs autres épinettes est la Mineuse de l’épinette (Endothenia albolineana). Un papillon adulte, petit, brun foncé d’une envergure de 11 à 15 millimètres.Ses ailes antérieures d’un brun foncé possèdent trois bandes blanc grisâtres et irrégulières.Ses ailes postérieures d’un brun plus clair possèdent une frange de couleur claire. Dès la mi-ma jusqu’au début de juin La femelle pond sur la face inférieure de chaque aiguille, une seule rangée de 2 à 12 oeufs. Ces oeufs sont ronds, ornés de crêtes, aplatis, jaune clair à vert clair. Ils éclosent après 10 à 14 jours. En groupe les chenilles se nourrissent à la base de vieilles aiguilles. À leur naissance ces chenilles sont jaune, puis deviennent vert clair avec la tête brun clair. Elles passent l’hiver dans des nids faits de déjections et de bouts d’aiguilles séchées retenues par de fin fils de soie. Au printemps suivant ces chenilles devenues matures mesures environ 8 mm de longueur avec une tête brune et un corps vert clair. Avec le doux temps elles se métamorphosent en cocons, toujours à l’intérieur des nids, puis deviennent adultes.

Dommages: Les chenilles dévorent la partie interne des aiguilles en entier. Elles ne tuent pas leurs hôtes, mais elles en réduisent la croissance ainsi que la beauté avec leurs nids. Les jeunes arbres qui poussent en conditions difficiles sont particulièrement sensibles à l’infestation et risquent d’être gravement endommagés.

Lutte: Heureusement que plusieurs espèces de parasites attaquent la mineuse de l’épinette, ce qui limite généralement les infestations. Dans les cas où seulement quelques arbres sont infestés, on peut éliminer les nids à la main ou avec de l’eau au début du printemps, avant l’ouverture des bourgeons, ou à la fin de l’automne. Là où c’est permis du carbaryl ou du malathion peuvent être appliqués au milieu ou à la fin de juin, avec une pression suffisante pour pénétrer dans les nids.

Arboretum Gabriélis

Arboretum Gabriélis

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s