37. (94) Ginkgo bilobé

 

 

Le Ginkgo bilobé (Ginkgo biloba)  ou « arbre aux mille écus » est la seule espèce actuelle de la famille des Ginkgoaceas, la plus ancienne famille connue, puisqu’elle serait apparue il y a plus de 270 millions d’années. Elle existait déjà une quarantaine de millions d’années avant l’apparition des dinosaures. Presque chaque arboretum ou jardin botanique contient des spécimens. Les plus beaux sujets se rencontrent en Chine, en Corée et au Japon. Le ginkgo peut vivre longtemps, 1000 ans ou plus.  En Chine, le ginkgo le plus vieux a environ 3500 ans.Le ginkgo bilobé préfère le plein soleil à la mi-ombre et des sols humides, profonds, avec un bon drainage. Il peut atteindre 30 à 40 m de haut pour une taille d’environ 4 m, il pousse en colonne aux branches peu nombreuses.  Les jeunes arbres sont pyramidaux et développent des branches régulières, transversales, ascendantes et asymétriques.  

janvier 2012, O.B.

L’écorce est brun clair à gris brunâtre. Les arbres les plus vieux ont une écorce plus sombre et profondément craquelée, présentant une texture semblable au liège.

 Les bourgeons ont une forme distincte, ils sont coniques et bruns. Les tiges sont ocre, brun clair ou gris relativement lisse et quelque peu brillantes sous un soleil d’hiver. Ce qui permet le plus aisément de reconnaître le Ginkgo bilobé, ce sont ses feuilles. Elles ont de 5 à 8 cm de large et sont parfois deux fois aussi hautes, bien qu’elles varient en taille et en forme. Bien que le ginkgo soit plus proche des conifères que des arbres à feuilles caduques, il n’est en fait ni l’un ni l’autre : il occupe une position absolument unique. Ces feuilles sont couvertes de cire sur leurs deux faces et relativement plus épaisse que celles des autres arbres de l’hémisphère nord.

Description des fleurs: Les organes reproducteurs évoluent moins vite que les organes végétatifs : c’est la base des clefs de détermination. Les botanistes consacrent au ginkgo un ordre végétal à lui tout seul car ses inflorescences présentent une structure archaïques. Il constitue un intermédiaire entre les cryptogames vasculaires )fougères) et les plantes supérieure (phanérogames ou Spermaphytes). Les inflorescences sont différentes chez les sujets mâles et femelles. Peu colorées, moins grandes que les feuilles, ces inflorescences naissent à l’extrémité des rameaux courts en même temps que les feuilles, ces inflorescences naissent à l’extrémité des rameaux courts en même temps que les feuilles, chez les sujets mâles à partir de 20 ans, alors qu’il faudra attendre une trentaine d’années pour les ginkgos femelles

Ginkgo mâle

Appareil reproducteur mâle: Les inflorescences mâles sont des chatons cylindriques de quelques cm de longueur, portant une centaine d’étamines à filet court en ordre spiralé, chaque étamine est surmontée d’une poche résinifère. Le pollen, disséminé par le vent, comporte quatre cellules dont l’une cellule gamétogène) produira les anthéorozoïdes ciliés.

Ginkgo femelle

Appareil reproducteur femelle. Les pédoncules présentent une paire d’ovules, dont un seul généralement viendra à maturité. Les ovules dressés sont complètement mûrs à la fin de l’été. Ils comprennent alors de l’extérieur vers l’intérieur : un tégument chlorophyllien, un nucelle blanc, et un endosperme ou prothalle femelle.

Les pseudo-fruits:  Très abondants en automne, poussant souvent en grappe, les ovules du ginkgo font penser à de petits abricots. Ils demeurent sur l’arbre après la chute des feuilles, ce qui le rend très décoratif en fin d’année. Ce sont des pseudo-fruits car ils naissent sur l’arbre indépendamment de la présence d’un ginkgo mâle et sans fécondation par le pollen. Il s’agit d’une organisation complexe contenant des réserves alimentaires pour le futur embryon. Ces « fruits » sont formés d’une partie charnue, d’un noyau enfermant une amande et d’une série de membrane protectrice. Ce fruit n’est pas comestible, il est même toxique. Une fois au sol, la chair de ces fruits se décompose, produisant une odeur forte, persistante et désagréable. Elle laisse peu à peu apparaître le noyau qui s’est formée et contient une amande comestible.

 Étant un arbre dioïque, c’est-à-dire se présentant sous la forme d’arbre mâle ou femelle, la fécondation du Ginkgo est assez spéciale. Premièrement, il est important de se rappeler que les fleurs mâles ne se trouvent que sur les arbres mâles, et les fleurs femelles que sur les arbres femelles. Lors de la fécondation, le pollen des fleurs mâles est transporté par le vent ou par les abeilles sur les ovules des fleurs femelles.

 Le Ginkgo doit avoir des caractéristiques remarquables au plan de sa structure et de sa génétique. On a donc pensé que le consommer nous permettrait d’une certaine façon, d’être plus forts et plus robustes. Les Chinois le consomment en fait depuis plus de 4000 ans. Ils consomment pratiquement toutes les parties de l’arbre : le bois, l’écorce, les feuilles et les fruits. Les feuilles sont cependant les plus reconnues pour leurs propriétés médicinales.

Propriétés médicinales: Cette plante ancienne possède de très nombreux composants. Elle est soumise depuis quelques années à une recherche scientifique intense, car elle présente de nombreuses propriétés et effets thérapeutiques. Principalement sur les systèmes cardio-vasculaires et neurologiques. Ses principales utilisations tiennent aux troubles de la circulation : insuffisance veineuse des membres inférieurs, oedèmes, troubles de la circulation artérielle cérébrale, artérite, vertiges, maux de tête, bourdonnements d’oreille, troubles du comportement. Il est également utiles en cas d’anxiété, de dépression nerveuse, de vision diminuée, des claudication  intermittente, d’artériosclérose, et de troubles liés au diabète. Il aide à prévenir le vieillissement général de l’organisme, ralentit la dégénérescence des cellules, tissus et organes, redonne des forces, de l’énergie et du tonus. Cette plante qui fait beaucoup parler d’elle est ces dernières années l’un des compléments alimentaires les plus vendus, et ce non sans raisons, au vu de ses propriétés nombreuses et de sa longue histoire dans la pharmacopée chinoise. En 1990, le biochimiste américain Elias Corey, de l’Université de Harvard, reçut n prix Nobel pour ses travaux sur les composants spécifiques du ginkgo bilobé. Il a mis en évidence les propriétés thérapeutiques originales des ginkgolides pour la prévention du vieillissement cérébral.

Utilisation culinaires: Le fruit contient une amande qui est comestible grillée (d’où le nom chinois). L’amande du fruit du ginkgo, grillée ou bouillie, est très appréciée en Asie, surtout en Thaïlande. Elle accompagne et parfume les plats les plus raffinés de l’Extrême-Orient, notamment ceux des fêtes et des célébrations. La consistance de l’amande est croquante. Son goût n’est pas prononcé, il peut rappeler celui du pignon de pin. L’amande se consomme entière, en amuse-gueule, dans les soupes ou les plats à la vapeur. On la préfère parfois moulue ou encore pilée.

En Chine, on offrait les graines de ginkgo teintes en rouge, couleur de la joie, lors des naissances et des mariages.

Arboretun Gabriélis, O.B.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s