S.38. (103) Robinier faux-acacia

Le plus vieil arbre de Paris: un drageon Robinier planté en 1601 Square René-Viviani à Paris.

Le robinier faux acacia, (robinia pseudo-acacia), appelé improprement acacia, est un arbre originaire des Apalaches au sud des États-Unis et importé en France en 1601 par Jean Robin, arboriste d’Henri IV. C’est Linné qui a dédié le nom de genre au célèbre botaniste. Le plus vieil arbre de Paris serait un robinier planté au square René-Viviani-Montebello. Il serait un drageon de celui obtenu par Jean Robin grâce aux graines qui lui avaient été apportées. Le robinier sans être un acacia  appartient à la même famille des Fabacées, une famille nombreuse qui compte les légumineuses et les papilionacées.  Cet arbre qui appartient à la famille des légumineuses, peut atteindre 25 à 30 m de haut et sa couronne de branches est plutôt étalée. Le robinier est un arbre très rustique qui ne supporte pas le calcaire et a besoin de lumière. Il a une durée de vie de 300 ans. Il s’adapte à des sols très divers à l’exception de ceux qui sont excessivement secs ou argileux. Son habitat idéal est un climat tempéré humide et des sols limoneux ou sableux légers. Le système radiculaire peut s’étendre sur un rayon de 15 mètres autour du tronc sur les terrains secs.

de l’arboretum, janvier 2012, O.B.

Le tronc, souvent  fourchu, porte une écorce d’abord vert olive qui, avec l’âge, devient brun gris, épaisse et profondément crevassée dans le sens longitudinal. L’écorce dégage une odeur particulière. Les jeunes branches lisses sont rougeâtres et fortement armées d’épines solides et acérées; ces épines sont des stipules* modifiées. Dans ces conditions, monter dans un acacia n’est pas une partie de plaisir, d’autant plus que le bois est cassant.

*En botanique, les stipules sont des pièces foliaires, au nombre de deux, en forme de feuilles réduites situées de part et d’autre du pétiole, à sa base, au point d’insertion sur la tige.

Les feuilles caduques sont composées de 9 à 19 folioles elliptiques alternes, arrondies et à bordure non dentée. Le feuillage léger, vert foncé, prend à l’automne des teintes jaune clair.

  Ce bel arbre aux feuilles imparipennées fleurit au printemps et se couvre de grappes de fleurs blanches parfumées et mellifères, pour donner des fruits sous forme de gousses aplaties contenant 4 à 5 graines .

La floraison, qui intervient chez nous vers la fin de mai, est tout à fait remarquable, d’une part par son abondance et sa durée mais aussi et surtout par son délicieux parfum qui embaume les alentours sur une distance importante.
Les fleurs blanches, comestibles, très parfumées, de type papilionacé et à calice rougeâtre, sont réunies en grappes pendantes; elles sont très mellifères car riches en nectar, donc visitées par de nombreuses abeilles.

 Les fruits en forme de gousses glabres de 10 à 20 cm, pendantes et aplaties, contenant plusieurs  de graines, se forment à l’été et restent sur l’arbre jusqu’à l’année suivante.

Utilisations : le Robinier émet des stolons grâce auxquels la plante se propage, aussi l’utilise-t-on souvent pour fixer les terrains menacés d’affaissement (digues, terre-pleins) et pour reboiser les sols stériles. Il colonise naturellement remblais, talus et terrains vagues. Le bois de robinier, qui a une couleur jaune-verdâtre à reflets roux, présente des qualités mécaniques très intéressantes, il est résistant et durable, on peut le fendre facilement; il sert donc à fabriquer des piquets de vigne, des parquets ou des barreaux. Trituré, le bois produit de la teinture. La sève a une saveur sucrée rappelant celle de la réglisse. Les grappes de fleurs blanches sont mellifères d’où le miel d’acacia. Riche en nectar, les fleurs du robinier peuvent être consommées en sirop.    Cependant, cette plante n’est pas inoffensive, son écorce, ses graines et ses racines sont toxiques la toxalbumine qu’ils contiennent abîmes les tissus, coagule le sang dans les vaisseaux et paralyse le système nerveux. Les animaux,ruminants (lors d’injection de fourrage de disette) et chevaux en rongeant l’écorce en sont les principales victimes.

Arboretum Gabriélis, O.B

Arboretum Gabriélis, O.B

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s