S.48. Épinette de Serbie

arboretum Gabriélis fév. 2012 O.B.

L’épinette de Serbie (Picea omorika Purkyne) se retrouve à l’état sauvage dans les montagnes calcaires bordant la rivière Drina, à la frontière de la Bosnie et de la Serbie. Dans les sols riches et profonds de cette région, à l’abri des vents desséchants, elle devient un arbre majestueux au tronc droit et très élégant. Pour les véritables amateurs de conifères, l’épinette de Serbie n’a pas d’égale. Cet arbre élancé forme une pyramide étroite et symétrique qui peut atteindre 25 de hauteur et une largeur de 4 à 5 mètres. Très rustique, il supporte des températures allant jusqu’à 20C et même plus. Exposition : L’épinette de Serbie pousse à mi-ombre légère à ensoleillée sans trop de soleil direct.

Port conique et étroit, ses branches courtes, descendantes, aux extrémités remontantes. Feuillage vert foncé brillant à revers blanchâtre, cônes pourpres. Son écorce est brune avec des reflets rougeâtres et ses aiguilles vertes présentent des reflets légèrement argentés sur leur dos.

De ce tronc poussent des branches ascendantes dont les ramifications secondaires pendent élégamment. Ses cônes sont violet-pourpre de deviennent brun brillant en «mûrissant».

La période de Floraison : Les fleurs apparaissent du mois d’avril au mois de juin. Couleur : Les mâles et les femelles sont rouges

Son emplacement doit être pensé, car il n’apprécie pas les «déménagements».  Plantée en isolé, cette épinette s’avère un spécimen d’une grande beauté. Cependant, leur effet est saisissant lorsque qu’elles sont plantées en petits groupes. Très adaptable, on la cultive avec succès en milieu urbain ou rural et dans tous les types de sols, qu’ils soient alcalins ou acides, mais ne supporte pas trop le clacaire

. Mieux encore, ce conifère est rarement affecté par la maladie et n’a aucunement besoin d’être taillé.

Plusieurs sélections existent, mais seulement quelques-unes sont disponibles sur le marché. Parmi elles, on en note une de belle forme au feuillage bleuté et aux branches davantage pleureuses.

Fertilisations : Effectuer deux apports par an, au printemps et en automne de compost bien décomposé. Un paillage doit aussi être installé à son pied pour conserver l’humidité, protéger les jeunes racines du gel et empêcher un développement trop rapide des mauvaises herbes.

 Plantée en isolé, cette épinette s’avère un spécimen d’une grande beauté. Cependant, leur effet est saisissant lorsque qu’elles sont plantées en petits groupes. Très adaptable, on la cultive avec succès en milieu urbain ou rural et dans tous les types de sols, qu’ils soient alcalins ou acides. Mieux encore, ce conifère est rarement affecté par la maladie et n’a aucunement besoin d’être taillé.

Plusieurs sélections existent, mais seulement quelques-unes sont disponibles sur le marché. Parmi elles, on en note une de belle forme au feuillage bleuté et aux branches davantage pleureuses.

Spécimen de l’arboretum Gabriélis planté en 1929 (O.B.)

De l’arboretum Gabriélis fév. 2012 (O.B.)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s