S.52. Phellodendron de l’Amour

 

Phellodendron de l’Amour de l’arboretum Gabriélis, 16 juin 2012, O.B

Le phellodendron de l’Amour (Phellodendron amurense Rupr.) appelé aussi «arbre liège de l’Amour» parce qu’il est originaire du nord la Chine, plus spécifiquement du bassin du fleuve Amour auquel il doit son nom. Cependant on en trouve aussi natif des Corées et du Japon. Le nom générique vient du grec phellos pour « liège » et dendron pour « arbre ». Amurente signifie » de l’Amour », une région située près du fleuve Amur en asie de l’est. C’est un arbre à croissance rapide se ramifiant souvent à la base du tronc et à fortes branches charpentières (bifurcations du tronc). C’est une plante dioïque (ne portent que des fleurs mâles ou des fleurs femelles) au feuillage caduc aromatique, au port pyramidal renversé, puis arrondi, large et irrégulier.

C’est un arbre très rustique qui supporte des hivers allant jusqu’à -30 C.  Le Phellodendron amurense est à la fois arbre et arbuste, ne dépassant guère 9 m, mais peut tout de même s’élever jusqu’à une quizaine de mètres et plus, comme on peut l’observer à l’Arborétum Gabriélis. Le tronc atteint environ 50 à 60 cm de diamètres.

La particularité première de cet arbre de la famille des Rutacées est son écorce, épaisse et liégeuse profondément ondulée, peu exploitable, d’un brun doré clair sur les arbres les plus jeunes et gris brun, striée et sillonnée sur les arbres matures. Elle est légèrement spongieuse au toucher. Si sa croissance est rapide les premiers temps, la vitesse de croissance se réduit considérablement avec un arbre arrivé à maturité.

Les jeunes rameaux sont épais et jaune brun; les branches plus âgées deviennent subéreuse (Substance végétale dont la transformation aboutit à l’élaboration du liège). La feuille vert brillant et imparipennée c’est-à-dire feuille foliolée avec une seule folioles au sommet; telles sont les feuilles du frêne, de la rose, de l’acacia robinier. La feuille du phellodendron d’amour est constituée de 7 à 11 folioles ovoïdes à ovales, de 5 à 10 cm de long ayant un apex foliaire acuminé ( De forme ovale, et de largeur quasiment égale côté apex et côté pétiole ). Lorsqu’on la froisse entre les doigts, la feuille répand une odeur aromatique. L’ensemble dégage une odeur de térébenthine (comme un désinfectant) lorsqu’elles sont écrasées.  La coloration automnale est jaune et virant du rouge noirâtre au noir et qui restent tout l’hiver sur l’arbre.

La Floraison printanière à estivale a lieu, de mai à juillet. Les Fleurs jaunes, dioïques, en panicules suspendues sont mellifères. Les fruits sont des drupes vert clair de 0.7 à 1.2cm de diamètre, ils deviennent bleu noir à maturité. Les fruits peuvent rester sur l’arbre jusqu’au début de l’hiver. Les arbres mâles ne produisent pas de fruits. Sur une période de 5 à 8 ans, les arbres produisent des graines en abondance, surtout dispersées par les oiseaux. Les graines peuvent rester en dormance dans le sol pendant plusieurs années! Dans de bonnes conditions de croissance, cette plante peut devenir envahissante et vivre plus de 60 ans. L’odeur dégagée par les feuilles et les fruits est plutôt désagréable et représentative de cette famille. Il est préférable de planter  des arbres mâles parce qu’ils ne produisent pas de fruits.

 

De l’arboretum gabriélis, février 2012. O.B.

 

.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s