110. Frêne élevé, excelsior

Frêne élevé, Fraxinus excelsior

23688

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe Frêne élevé, Fraxinus excelsior (M), de la familles des oléacées, appelé «grand frêne» et «gaïac des Allemands» Son nom vient du grec pharxis qui signifie haie et du latin fraxinus, un mot qui se traduit par « foudre», car isolé, il attirerait la foudre.

Il se trouve dans toute l’Europe septentrionale, en Asie occidentale, et même en Afrique septentrionale. C’est un arbre caduc qui perd très tôt ses feuilles à l’automne, laissant apparaître de gros bourgeons d’un noir velouté si caractéristique de l’espèce.

Le frêne commun est l’un des plus grands de nos forêts. Sa taille peut atteindre 40 mètres et son tronc présenter jusque 1 mètre de diamètre. Sa croissance est rapide.4-frene-bourgeons

Le port du frêne commun est élancé. Son houppier est ample et prend des formes asymétriques, alors qu’en forêt il est étroit et allongé, présente des branches ascendantes, une cime irrégulière  et un feuillage peu dense.

Son écorce est lisse, gris pâle et se fissurant au bout d’une trentaine d’années. Elle présente alors un réseau de crevasses.

6-frene-bourg-et-fleursSes feuilles caduques naissent de bourgeons noirs, une caractéristique, que l’on voit bien en hiver. Elles se composent de 5 à 15 folioles lancéolées, sessiles (sans pétioles), à sommet et base pointus et à bord finement dentelé. Suivant les espèces, les folioles sont fines et allongées ou au contraire larges. Elles sont vert foncé et glabres sur le dessus, plus pâles et à nervures un peu velues sur le dessous.

Le Frêne commun fleurit au bout de 30-40 ans. Les fleurs apparaissent au début du printemps, avant les feuilles. De couleur brunâtre, petites, groupées en panicules d’abord dressées puis pendantes, elles n’ont ni calice, ni corolle, ce qui les rend insignifiantes. Ces fleurs sont hermaphrodites. La floraison a lieu de mars à mai suivant les régions.

frene-fruits-feuilleSes fruits son des samares plates, de 5 cm , pétiolées, groupées en touffes de 10 à 20 qui restent sur l’arbre en hiver.ce qui aide à le reconnaître. La samare présente une large aile au sommet afin de faciliter la dissémination des graines par le vent.

Cette espèce demande une pluviométrie bien répartie sur l’année. Elle apprécie l’humidité atmosphérique et craint les gelées printanières. Il lui faut aussi un sol riche, neutre ou peu acide.

Utilisation: Le bois du frêne, d’un blanc légèrement rosé, présente les mêmes qualités que le chêne, en étant toutefois moins résistant et moins durable. On L’utilise surtout en menuiserie et ébénisterie, dans la fabrication des manches d’outils selon la qualité du bois. ski-de-julien-douzalLe bois de frêne est bon au polissage et au toucher onctueux. Il est dur, lourd (dense), flexible et pas cassant : on en faisait, depuis l’antiquité, les hampes des lances (on plantait des Frênes près des châteaux-forts). Ovide, dans les Métamorphoses, le nomme « arbre aux javelots ». On a découvert des outils néolithiques (5000 ans av JC) avec un manche de frêne. Dans la vie courante, on en faisait aussi des manches de bêches, des barreaux d’échelle, des gouvernails, des rames, des raquettes de sport et les anciens skis*. Le Frêne monophylle peut être planté en alignement de rue. On l’utilise aussi en bois de chauffage

Légendes et traditions : Dans la mythologie grecque, le Frêne est l’arbre de Poséidon, qui est notamment le dieu des séismes.
Dans l’Iliade d’Homère, le javelot d’Achille était en frêne.
Pour les Germains et les Scandinaves, c’est l’arbre fondateur, Yggdrasil. Il supporte la voûte céleste et prend racine dans la Sagesse. Les Slaves attribuent au Frêne le pouvoir de repousser les serpents : on peut se reposer à son ombre sans crainte. Le « suc » de frêne servait à guérir des morsures de serpent.
Dans l’astrologie celtique, le frêne est vif, impulsif, exigeant, …
remede-freneAutrefois on considérait le frêne comme plante médicinale médicinales : plante anti-rhumatismale, diurétique, analgésique, tonique, fébrifuge, astringente (feuille, écorce, fruit). De l’écorce, on extrayait le « quinquina d’Europe », qui est fébrifuge. L’étude  et l’analyse chimique des différents organes du frêne ont montré la présence d’un flavonoïde : le rutoside, aux propriétés anti-inflammatoires. Le mannitol et les sels de potassium présents dans les feuilles sont responsables de l’activité diurétique qui stimule les fonctions d’élimination de l’organisme. Le mannitol est aussi utilisé comme protecteur tissulaire des articulations. Il permet ainsi de freiner leur vieillissement
frene-commun-tannerie et teinturerie : conservation des peaux,  tons verts pour la laine (écorce des jeunes rameaux)
-alimentation animale : fourrage pour le bétail (feuilles, tout comme avec les feuilles d’orme).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s