126. Rosier du Fleuve St-Jean

 

Rosier du Fleuve St-Jean

 

Le Rosier du fleuve Saint-Jean, Rosa johannensis (K) . – Rosier sauvage, Églantier. – (Bank wild rose).

Semblable au Rosa blanda par ses tiges inermes sur la partie supérieure du bois, et par son port général ; feuilles et pétioles glabres. Floraison printanière. Rivages des rivières et des lacs du système laurentien. Général dans son habitat dans le Québec.

126 rosier sauvLe Rosa. johannensis est le rosier indigène glabre que l’on rencontre partout sur les rivages de nos grandes rivières, sur les îles basses, etc. Ce n’est peut-être qu’un écotype, une forme écologique du Rosa blanda

 C’est le fruit de l’églantier ou rosier (de la famille des Rosacées). Souvent dans les commerces, vous le trouverez sous le nom « confiture d’églantine » (qui n’est pourtant que la fleur de l’églantier). Sa forme est celle d’une grosse baie mais il ne se mange pas tel quel, il faut en fait l’ouvrir et en extraire la pulpe comestible (on parle d’akènes) A maturité, il prend une jolie couleur orangée.126.rosier sauvage

 

Les baies de diverses variétés de rosier sauvage étaient consommées par de nombreuses peuplades amérindiennes sur tout le territoire où il pousse. Elles étaient considérées comme un excellent aliment de survie dans la mesure où elles restent accrochées au plant tout l’hiver. On en faisait une décoction et chez certaines peuplades, une bière. En été, on consommait également les pétales des fleurs. Les Pied-Noirs broyaient les baies et les mélangeaient avec du pemmican. 126.bie derusier sEn passant, saviez-vous que depuis 1819 – date de sa découverte par un marin et explorateur anglais – le pemmican est la nourriture de base de toutes les expéditions polaires à cause de sa très haute valeur nutritive, de son volume réduit et de son exceptionnelle conservation? Composé originellement de viande séchée, pulvérisée et mélangée à de la graisse, cet aliment traditionnel des Amérindiens de la Baie d’Hudson a connu quelques variantes modernes mais le principe de base reste exactement le même : pour l’essentiel, de la viande séchée et un corps gras, auxquels on ajoutera éventuellement de la poudre de légumes, de la poudre de céréales, quelques fruits séchés et du sucre.

 

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s