S43.(170). Tilleul à petites feuilles

Tilleul à petites feuilles, Tilia parvifolia (I)

170.tilleul à p.f.planche.Le Tilleul à petite feuilles, Tilia parvifolia (I) est un bel arbre au tronc droit assez court,  à branches inférieures horizontales et à cime très ramifiée, dont l’écorce lisse de couleur gris brun se fissure après une vingtaine d’années. C’est un arbre à croissance rapide lorsqu’il est jeune, puis lente par la suite. Il pousse bien dans les sols variés mais préfère les sols profonds et fertiles. Il tolère les tailles sévères et les élaguages fréquents.

 Les Tilleuls à petites feuilles sont des arbres atteignant jusqu’à 20 à 30 m, qui trouvent des utilisations multiples dans la sculpture sur bois aussi bien que dans l’usinage. Cette essence ligneuse est très importante en apiculture.

 Souvent, leurs feuilles mesurent entre 6 et 10 cm, la face supérieure étant plus foncée, non luisante et la face inférieure d’un vert plus vif ou plus gris. Elles sont largement ovoïdes et grossièrement dentelées. Les fleurs forment des inflorescences fourchues et retombantes par 5 à 10 fleurs et leurs akènes ont un périanthe dur qui renferme de 1 à 3 graines. Les différents hybrides du Tilleul commun fleurissent dès la mi-juin jusqu’à la fin du mois de juillet.

Les fruits sont des petites capsules indéhiscentes, plus ou moins globuleuses, à 4 ou 5 côtes peu saillantes.

. Il se retrouve à l’état sauvage dans toute la plaine du Saint-Laurent et la région des grands lacs.

Apprécié pour son homogénéité et son travail facile, le bois de tilleul ne convient pas là où une forte résistance mécanique est nécessaire. Il a néanmoins de nombreuses utilisations :

  • Traditionnelles : sculpture, sabots légers, ustensiles de cuisine, instruments de dessin, bobines de fils, plateaux d’imprimerie, pinceaux plats, crayons, allumettes, moules de fonderie, meubles, jouets, boîtes et récipients deivers, lutherie, ruches, prothèses, instruments de musique (virginal flamand), etc. Dans l’art sacré orthodoxe, le tilleul est le seul bois autorisé comme support des îcones.
  • Comtemporaines : bois d’ébénisterie (parties sculptées), sculpture de toutes sortes, tournerie, crayons, pâtes à papier, panneaux de fibres et de particules.

Le charbon de bois, quant à lui, est très prisé pour le dessin et ses propriètés filtrantes, c’est un combustible médiocre mais à forte chaleur rayonnante. il entrait également dans la composition de poudre à fusil.

Les fleurs du tilleul commun renferment du mucilage, des huiles essentielles (38%, dont le farnésol) des tanins, des glucosides, des gommes, des sucres, du manganèse et de la vitamine C. En teinture-mère ainsi qu’en infusion, elles sont recommandées dans de nombreux cas de troubles nerveux (fatigue, crises d’angoisse, neurasthénie), de migraines, de grippe, et d’insomnies. Ces fleurs sont des antidépresseurs, des euphorisants et des sédatifs. Elles seraient également antispasmodiques, diaphorétiques et rendraient le sang plus fluide et favoriseraient sa circulation. À dose plus forte, l’infusion devient excitante et peut causer des insomnies. On a par contre surestimé les capacités du tilleul dans le traitement de véritables névroses ou même de l’épilepsie

Usages alimentaires

Les fleurs

Le tilleul est connu pour ses inflorescences parfumées, dont on fait des infusions au goût agréable. Mais on peut également les ajouter aux salades estivales afin de les parfumer.

La sève

Récoltée lors du débourrage des bourgeons, la sève de tilleul peut être bue à l’instar de celle du bouleau. Il est possible d’en faire du sirop (opération fastidieuse compte tenu de la très faible quantité de saccharose présent dans cette sève). Pourtant il est mentionné dans certains ouvrages, l’existence de morceaux de sucre de Tilia ×europaea.

Les feuilles

Les jeunes feuilles des tilleuls originaires d’Europe sont comestibles crues. Elles sont légèrement mucilagineuses et ont un goût agréable. Elles accompagnent aisément une salade. Ces feuilles contiennent des sucres intervertis, facilement assimilables, même par les diabétiques.

Les feuilles parvenues à leur maturité, une fois séchées, pulvérisées, tamisées, créent une farine verte très nutritive (riche en protéines) qui fut utilisée en France lors de la Seconde Guerre mondiale. Un kilogramme de feuilles fraîches donne 300 grammes de farine. Mêlée à des farines communes, on en fait du pain ou de la bouillie.

Les feuilles séchées ont également été employées en lieu et place du thé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s