171. Orme de l’Amérique

 

Orme d’Amérique, Ulmus americana (E)

171.orme d'Am.feuilleL’Orme d’Amérique, Ulmus americana ( E ) est un grand arbre pouvant atteindre 40 mètres. On peut dire sans contredit, qu’il est le plus bel arbre de l’Amérique septentrionale. Le dessin de la ramure affecte deux formes assez distinctes : le type dressé, dont le tronc monte tout droit, sans ramifications, jusqu’à 20-25 m, pour se diviser ensuite en branches ascendantes formant une tête compacte et aplatie ; le type déliquescent ou retombant, dont le tronc se divise à 10-15 m du sol en branches nombreuses d’abord dressées, puis étalées, et se terminant en rameaux ténus qui vont à la périphérie se recourber harmonieusement pour former une belle tête arrondie.

 Ses feuilles ovées oblongues, planes, peu rugueuses; samares fortement ciliées sur les bords, à faces glabres, longuement pédicellées, les pointes des ailes recourbées sur l’échancrure, mûrissant au moment de l’éclosion des feuilles.

 171.orme d'amérique.écorceL’orme a une croissance rapide et aime se retrouver en plein soleil. Il atteint plus de vingt mètres de largeur sur 40 m de haut. Son feuillage est dense d’un vert foncé qui tourne au jaune à l’automne. Il a une sensibilité élevée à la maladie hollandaise et à la flétrissure verticilienne. Son écorce est grise un peu couleur cendre et très fissurée. Les feuilles de l’orme sont faciles à identifier par leur forme ovale dentelé et le feuillage qui ne commence pas de façon égale de chaque côté de la tige.

Le bois est dur, fort, difficile à fendre, à grain grossier, peu durable. Les gros arbres ont souvent le cœur pourri et creux sur toute la longueur du tronc. Le bois de l’orme d’Amérique est employé dans la construction maritime (parce qu’il se conserve sous l’eau), l’ébénisterie, la carrosserie, la tonnellerie. Le liber fournissait à nos pères les fonds de leurs chaises rustiques.

scotyle européen

scotyle européen

171.galerie du scotyle

La maladie hollandaise de l’orme est transmise aux ormes sains lors de l’alimentation d’insectes vecteurs appartenant au groupe des scolytes : le scolyte de l’orme,  qui est indigène, et le petit scolyte européen de l’orme, qui, comme son nom l’indique, nous vient d’Europe. Le premier colonise principalement les trois ou quatre premiers mètres du tronc des grands arbres tandis que le scolyte européen s’intéresse à toutes les branches.

Scotyle et larves

Scotyle et larves

Jusqu’à dernièrement, le scolyte indigène était le plus courant. Malheureusement, depuis son introduction, il y a une dizaine d’années, le scolyte européen s’adapte à notre climat et continue à se répandre. Ce second insecte est beaucoup plus envahissant et destructeur que l’autre. Il ne lui faut qu’une à deux années pour tuer un orme.

Au Québec le scotyle européen a presque détruit tous les ormes. Cet arbre en forme de parasol l’un des plus grands du pays faisait l’orgueuil de nos parterres, de nos champs et de nos prairies. Son aspect caractéristique le faisait reconnaître de loin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s